Ultimate magazine theme for WordPress.

Obésité et cancer : Une relation sous-estimée

37

L’obésité et le cancer sont plus interdépendants que la plupart des gens ne le pensent. Bien qu’un lien direct n’ait pas été démontré, de plus en plus d’études cliniques menées dans le monde révèlent des données associant l’excès de graisse corporelle à un risque accru de développer certains types de cancer. A tel point que l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé) a désigné l’obésité comme la deuxième cause évitable (après le tabagisme) de cancer.

Obésité : les chiffres

Le cancer semble affecter le plus les personnes en surpoids ou obèses. Selon les données de l’OMS, le nombre de personnes obèses dans le monde a doublé depuis 1980 : en 2014, plus de 1,9 milliard d’adultes étaient en surpoids, dont 600 millions étaient obèses.

Les mécanismes qui corrèlent obésité et cancer

Les mécanismes qui pourraient expliquer comment l’obésité peut augmenter le risque de certains types de cancer sont différents. Certains d’entre eux peuvent être liés à l’inflammation et aux changements hormonaux.

Les personnes en surpoids et obèses sont plus susceptibles que les personnes de poids normal de développer des conditions ou des troubles liés à, ou causant, une inflammation locale chronique et qui sont des facteurs de risque pour certains cancers.

Quelques exemples peuvent clarifier :

  • L’inflammation chronique locale induite par le reflux gastro-oesophagien est une cause probable d’adénocarcinome de l’oesophage
  • L’obésité est un facteur de risque de calculs biliaires, une affection caractérisée par une inflammation chronique de la vésicule biliaire et des antécédents de calculs biliaires est un facteur de risque majeur de cancer de la vésicule biliaire

Le tissu adipeux (également appelé tissu adipeux) produit également des quantités excessives d’œstrogènes. Des niveaux élevés de ces hormones ont été associés à un risque accru de développer des cancers, tels que le cancer du sein, de l’endomètre et de l’ovaire.

Enfin, les personnes obèses ont souvent des taux sanguins élevés d’insuline et de facteur de croissance analogue à l’insuline, ou IGF-1. Cette condition, appelée hyperinsulinémie ou résistance à l’insuline, précède le développement du diabète de type 2 et peut favoriser le développement des cancers du côlon, du rein, de la prostate et de l’endomètre.

Obésité et cancer : les dangers

De nombreuses études scientifiques ressort que le patient obèse a un risque plus élevé, par rapport aux personnes de poids normal, de développer des formes de cancer plus agressives et difficiles à traiter, avec une plus grande probabilité de complications pendant le traitement et de rechutes dans le temps. De plus, les thérapies médicamenteuses peuvent poser des problèmes de dosage et entraîner des résultats localement inférieurs ou supérieurs à ce qui est nécessaire, en raison de la répartition inégale de la graisse corporelle.

Selon le National Cancer Institute, des quantités plus élevées de graisse corporelle sont associées à un risque accru de plusieurs cancers, notamment :

  • Cancer de l’endomètre
  • Adénocarcinome de l’œsophage
  • Tumeur gastrique du cardia
  • Cancer du foie
  • Tumeur de reins
  • Tumeur de pancréas
  • Cancer de la vésicule biliaire
  • Cancer colorectal

Cette liste non exhaustive des liens entre cancer et obésité souligne l’importance de ne pas sous-estimer le problème et, en cas de surpoids sévère, de consulter un médecin pour perdre du poids.

Est-ce bien de maigrir ?

On pense qu’une prise de poids limitée à l’âge adulte réduit les risques de développer un cancer colorectal, un cancer du rein et, pour les femmes ménopausées, un cancer du sein, de l’endomètre et de l’ovaire. Perdre du poids ou éviter l’excès de poids semble diminuer le risque de cancer, bien que d’autres études soient nécessaires sur le sujet.

Plus de preuves indiquent la relation entre la perte de poids et la diminution du risque de cancer chez les patients qui ont subi une chirurgie bariatrique. Les personnes obèses, après ce type de chirurgie, semblent avoir un risque moindre de développer des cancers liés à l’obésité que celles qui n’ont pas emprunté cette voie pour perdre du poids.

Agir en cas de surpoids est un choix pour préserver sa santé et son avenir. En effet, l’obésité, loin d’être un simple problème esthétique, risque de remettre en cause une partie des acquis importants de ces dernières décennies dans la lutte contre le cancer.

Leave A Reply

Your email address will not be published.